L’ouverture

L’ouverture

Cet article sur l’ouverture fait partie d’une série de 4 articles de vulgarisation concernant les paramètres ajustables sur les appareils photos dans le but d’optimiser la qualité des photographies prises pour un usage photogrammétrique notamment pour l’application ContextCapture de Bentley Systems.

Lors d’une prise de vue, le photographe peut ajuster 4 paramètres principaux pour composer et contrôler l’exposition de son image :

L’ouverture

L’objectif est constitué d’un diaphragme : il s’agit en gros d’une bague mécanique dont le diamètre varie pour laisser entrer + ou – la lumière.

Quand on parle d’ouverture, on parle donc de l’ouverture du diaphragme. L’ouverture maximale d’un objectif est déterminée par le diamètre de la lentille frontale et par la focale selon la formule Ouverture = focale / diamètre lentille frontale.

Ainsi un objectif Canon de 200 mm avec un diamètre de 72 mm a une ouverture de 200/72 = 2,77, et l’objectif Canon 200mm L a effectivement une ouverture de f/2.8. Ceci explique que sur la plupart des objectifs à focale variable l’ouverture est flottante : un Canon 70-300 f/4.5-5.6 a ainsi une ouverture de f/4.5 à 70mm et une ouverture de f/5.6 à 300mm.

Les objectifs haut de gamme à focales variables proposent une ouverture constante quelle que soit la focale utilisée (en fermant le diaphragme en position grand-angle). Exemple sur un Canon 70-200 f/2.8 : le diamètre de la lentille frontale est de 77 mm, ce qui donnerait une ouverture maximale théorique de 200/77 = 2.59 à 200 mm et de 70/77=0.90 à 70 mm. Pour obtenir une ouverture constante de f/2.8, le constructeur n’utilise que 25 mm (70/2.8) du diamètre de la lentille frontale à la focale 70mm, 48 mm de diamètre (135/2.8) à la focale 135mm, etc. Une technologie complexe et coûteuse, mais qui offre au photographe une grande souplesse d’utilisation.

Les valeurs normalisées d’ouverture sont :

  • f/1.2
  • f/1.4
  • f/1.8
  • f/2
  • f2.8
  • f/3.5
  • f/4
  • f/4.5
  • f5.6
  • f/6.3
  • f/8
  • f/9
  • f/11
  • f/13
  • f/16
  • f/18
  • f/20
  • f/22

A retenir

Le choix de l’ouverture a une incidence directe sur la profondeur de champ. On choisit donc son ouverture en fonction de la zone de netteté que l’on souhaite obtenir, et en fonction de la luminosité de la scène à photographier.

Si une grande zone de netteté est indispensable, mais qu’il y a peu de lumière (nuit), la seule solution est de fixer votre matériel sur un trépied et d’utiliser la pause longue (l’obturateur reste ouvert plusieurs secondes).

Et pour ContextCapture ?

Une petite ouverture évitera le flou en arrière-plan. D’une manière générale, tout flou, quel que soit son origine, est à éviter pour les traitements photogrammétriques.